Mangez de façon responsable

 

Les mangeurs doivent comprendre que l’alimentation a lieu inévitablement dans le monde, qu’il s’agit inévitablement d’un acte agricole et que la façon dont nous mangeons détermine, dans une large mesure, comment le monde est utilisé. C’est une façon simple de décrire une relation qui est d’une complexité indicible. Manger de façon responsable, c’est comprendre et mettre en pratique, dans la mesure du possible, cette relation complexe. Que peut-on faire ?

En voici une liste, probablement non définitive :

Participez à la production alimentaire dans la mesure du possible.

Si vous avez une cour ou même juste une boîte de porche ou un pot dans une fenêtre ensoleillée, faites pousser quelque chose à manger dans elle. Faites un peu de compost de vos déchets de cuisine et utilisez-le comme engrais. Ce n’est qu’en cultivant de la nourriture pour soi-même que l’on peut se familiariser avec le beau cycle énergétique qui va du sol à la graine, à la fleur, au fruit, à la nourriture, aux abats et à la pourriture, et encore une fois autour. Vous serez entièrement responsable de tout aliment que vous cultivez pour vous-même, et vous saurez tout à son sujet. Vous l’apprécierez pleinement, l’ayant connu toute sa vie.

Préparez votre propre nourriture.

Cela signifie faire revivre dans votre propre esprit et dans votre vie les arts de la cuisine et de la maison. Cela devrait vous permettre de manger moins cher et vous donnera une mesure de “contrôle de qualité” : vous aurez une connaissance fiable de ce qui a été ajouté aux aliments que vous mangez.

Apprenez l’origine des aliments que vous achetez et achetez les aliments qui sont produits le plus près de chez vous.

L’idée que chaque localité devrait être, autant que possible, la source de sa propre nourriture a plusieurs sortes de sens. L’approvisionnement alimentaire produit localement est le plus sûr, le plus frais et le plus facile à connaître et à influencer pour les consommateurs locaux.

Dans la mesure du possible, communiquez directement avec un agriculteur, un jardinier ou un verger de la région.

Toutes les raisons énumérées pour la suggestion précédente s’appliquent ici. De plus, en faisant de telles transactions, vous éliminez l’ensemble des marchands, des transporteurs, des transformateurs, des emballeurs et des annonceurs qui prospèrent aux dépens des producteurs et des consommateurs.

Apprenez, en auto-défense, autant que possible de l’économie et de la technologie de la production alimentaire industrielle. Qu’est-ce qui est ajouté aux aliments qui ne sont pas des aliments, et combien payez-vous pour ces ajouts ?

Apprenez ce qu’implique la meilleure agriculture et le meilleur jardinage.

Apprenez-en le plus possible, par l’observation directe et, si possible, par l’expérience, sur l’histoire de vie des espèces alimentaires. Cette dernière suggestion me semble particulièrement importante. Beaucoup de gens sont maintenant aussi éloignés de la vie des plantes et des animaux domestiques (à l’exception des fleurs, des chiens et des chats) qu’ils le sont de la vie des animaux sauvages. C’est regrettable, car ces créatures domestiques sont attrayantes à divers égards ; il y a beaucoup de plaisir à les connaître. Et l’agriculture, l’élevage, l’horticulture et le jardinage, à leur meilleur, sont des arts complexes et agréables ; il y a aussi beaucoup de plaisir à les connaître.

Le plaisir de manger devrait être un plaisir étendu, pas celui du simple gourmet. Les gens qui connaissent le jardin dans lequel leurs légumes ont poussé et qui savent que le jardin est sain se souviendront de la beauté des plantes en croissance, peut-être aux premières lueurs de la rosée du matin lorsque les jardins sont à leur meilleur. Un tel souvenir s’implique dans la nourriture et est l’un des plaisirs de manger. La connaissance de la bonne santé du jardin soulage, libère et réconforte le mangeur. Il en va de même pour la consommation de viande. L’idée du bon pâturage et du veau au pâturage satisfait les saveurs du steak. Certains, je le sais, penseront qu’il est assoiffé de sang ou pire de manger une autre créature que vous avez connue toute sa vie. Au contraire, je pense que cela signifie que vous mangez avec compréhension et gratitude. Une part importante du plaisir de manger se trouve dans la conscience précise que l’on a de la vie et du monde d’où vient la nourriture. Le plaisir de manger, alors, peut être le meilleur standard disponible de notre santé. Et ce plaisir, je pense, est assez pleinement à la disposition du consommateur urbain qui fera l’effort nécessaire.